Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 07:00

 

 

 

 

                                                   La jeune fille à l'ombrelle

mp fille à l'ombrelle

                                                       Gaëlle Boissonnard

 

 

 

Dernièrement, par une de ces rares belles après-midi que le printemps nous ménage, je me trouvais assis aux Tuileries, dans l'ombre jeune des grands marronniers. Le jardin était presque vide. Quelques dames brodaient, par petits groupes, au pied des arbres. Des enfants jouaient, coupant de rires aigus le sourd murmure des rues voisines.

Mes regards finirent par s'arrêter sur une petite fille de six ou sept ans, dont la jeune mère causait avec une amie, à quelques pas de moi. C'était une enfant blonde, haute comme ma botte, qui prenait déjà des airs de grande demoiselle. Elle portait une de ces délicieuses toilettes dont les parisiennes seules savent attifer leurs bébés : une jupe de soie rose bouffante, laissant voir les jambes couvertes de bas gris-perle; un corsage décolleté garni de dentelles; un toquet à plumes blanches; des bijoux, un collier et un bracelet de corail. Elle ressemblait à madame sa mère, avec un peu de coquetterie en plus.

 

Elle avait réussi à lui prendre son ombrelle, et elle se promenait gravement, l'ombrelle ouverte, bien qu'il n'y eût pas sous les arbres le moindre filet de soleil. Elle s'étudiait à marcher légèrement, en glissant avec grâce, comme elle avait vu faire aux grandes personnes. Elle ne se savait pas observée, elle répétait son rôle en toute conscience, essayant des mimes, des moues gracieuses, apprenant des tours de tête, des regards, des sourires. Elle finit par rencontrer le tronc d'un vieux marronnier, devant lequel elle tira sérieusement une demi-douzaine de grandes révérences.

C'était une petite femme. Je fus vraiment terrifié de son aplomb et de sa science. Elle n'avait pas sept ans, et elle savait déjà son métier d'enchanteresse.


Cependant, Lili saluait toujours le tronc du vieux marronnier. Brusquement, je la vis se redresser et se mettre sous les armes : l'ombrelle penchée, le sourire aux lèvres, l'air un peu fou. Je compris bientôt. Une autre petite fille, une brune en jupe verte, venait par la grande allée. C'était une amie, et il s'agissait de s'aborder en toute élégance.

Les deux bambines se touchèrent légèrement la main, firent les grimaces d'usage entre femmes du même monde. Elles avaient ce sourire heureux qu'il est de bon ton d'avoir en pareille circonstance. Quand elles eurent achevé leurs politesses, elles se mirent à marcher côte à côte, causant d'une voix fluette. Il ne fut pas question du tout de jouer.

 

-"Vous avez là une jolie robe."

 

-"C'est de la valencienne, n'est-ce-pas, cette garniture ?"

 

-"Maman a été indisposée ce matin. J'ai bien craint de ne pouvoir venir, ainsi que je vous l'avais promis."

 

-"Avez-vous vu la poupée de Thérèse ? Elle a un trousseau magnifique."

 

-"Est-ce à vous, cette ombrelle ? Elle est charmante."

 

Lili devint très rouge. Elle faisait des grâces avec l'ombrelle de sa mère, voyant qu'elle écrasait son amie qui n'avait pas d'ombrelle. La question de celle-ci l'embarrassa, elle comprit qu'elle était vaincue si elle disait la vérité.

 

-"Oui, répondit-elle gracieusement. C'est papa qui m'en a fait cadeau."

 

C'était le comble. Elle savait mentir, comme elle savait être belle. Elle pouvait grandir; elle n'ignorait rien de ce qui fait une jolie femme. Avec de telles éducations, comment voulez-vous que les pauvres maris dorment tranquilles ?

 

A ce moment, un petit garçon de huit ans passa, traînant une charette chargée de cailloux. Il poussait des hue ! terribles, il faisait le charretier, il jouait de tout son coeur. En passant, il manqua heurter Lili.

 

-"Que c'est brutal, un homme ! dit-elle avec dédain. Voyez donc comme cet enfant est débraillé !"

 

Ces demoiselles eurent un rire passablement méprisant. L'enfant, en effet, devait leur paraître bien petit garçon de faire ainsi le cheval. Dans vingt ans d'ici, si une d'elles l'épouse, elle le traitera toujours avec la supériorité d'une femme qui a su jouer de l'ombrelle à sept ans, lorsqu'à cet âge, il ne savait encore que déchirer ses culottes.

 

Lili s'était remis à marcher, après avoir rétabli soigneusement les plis de sa jupe.

 

-"Regardez-donc, reprit-elle, cette grande bête de fille en robe blanche qui s'ennuie là-bas. L'autre jour, elle m'a fait demander si je voulais bien qu'elle me fût présentée. Imaginez-vous, ma chère, qu'elle est fille d'un petit employé. Vous comprenez, je n'ai pas voulu: on ne doit pas se compromettre."

 

Lili avait une moue de princesse outragée. Son amie était décidément battue : elle n'avait pas d'ombrelle et personne encore ne sollicitait la faveur de lui être présentée. Elle pâlissait en femme qui assiste au triomphe d'une rivale. Elle avait passé le bras autour de la taille de Lili, cherchant à la chiffonner par-derrière, sans qu'elle s'en aperçût. Et elle lui souriait, d'ailleurs, d'un adorable sourire, avec de petites dents blanches, prêtes à mordre.

 

Comme elles s'éloignaient de leurs mères, elles s'aperçurent enfin que je les observais. Dès lors, elles se firent plus sucrées : elles eurent des coquetteries de demoiselles qui veulent mériter et retenir l'attention. Un monsieur était là qui les regardait. Ah ! Filles d'Eve, le diable vous tente au berceau !

 

Puis elles éclatèrent de rire. Un détail de ma toilette devait les surprendre, leur paraître très comique : mon chapeau sans doute, dont la forme n'est plus de mode. Elles se moquaient de moi, à la lettre; elles raillaient, la main sur les lèvres, retenant les perles de leurs rires, comme les dames font dans les salons.

 

Je finis par avoir honte, par rougir, par ne plus savoir que faire de ma personne. Et je m'enfuis, abandonnant la place à ces deux bambines qui avaient des gaietés et des regards étranges de femmes faites.

 

 

  Nouveaux contes à Ninon  Emile Zola (1840-1902)


 

  gif fillettes ombrelle


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans enfance
commenter cet article

commentaires

Elo 30/01/2012 18:11


Brrr cette histoire m'a fait froid dans le dos... J'imaginais ces gamines déjà hautaines... C'est malheureusement encore le cas de bien des enfants.... ça se traduit autrement mais bon... Bisous
et merci pour la musique aussi ! Bisous

Lilwenna 30/01/2012 19:14



on ne les imagine pas avoir 7 ans ! pour certains enfants de notre époque, ce sont les règles de politesse qu'ils devraient apprendre !


bisous Elo



Kri 28/01/2012 22:07


Ce dessin est d'une grande beauté!

Lilwenna 28/01/2012 23:20



je suis contente qu'il te plaise ! il est tiré de cartes de Gaëlle Boissonnard



erato:0059: 28/01/2012 21:23


J'ai adoré le récit.J'aime beaucoup l'art de conteur de Zola, une peinture réelle et cruelle de la vie. Pauvres petites filles qui ne connaitront pas les joies et l'insouciance de l'enfance.


Le marque pages me plait , j'ai des carte de cette illustratrice .


Bonne soirée, bisous Lilwenna

Lilwenna 28/01/2012 23:19



j'ai beaucoup lu Zola aussi


Oui, il y a beaucoup de cartes de cette illustratrice, et à partir de ces cartes sont faits les marque-pages


bisous et bonne nuit



Très ingénieuxcheznous62 28/01/2012 19:58


Bonsoir Lilwenna,


pour répondre à ta question, la mise en photo de mon petit diaporama je le réalise avec "picture trail" que tu peux télécharger !


Je repasserai lire ton texte car je cours pour les coms (lol) !!


Bisous pour un doux dimanche à toi !


Nicole

Lilwenna 28/01/2012 23:16



ah ok je regarderai j'ai beaucoup aimé ce que tu as fait !


bisous et bon dimanche à toi aussi



Marylou 28/01/2012 19:05


le bal de carnaval était toujours un must par chez moi...c'était des soirées superbes...à l'époque de grand-maman les jeunes filles y allaient mais leurs parents étaient dans la salle...en ce qui
me concerne c'était un ami des parents qui me surveillait...

Lilwenna 28/01/2012 19:19



ça doit être une tradition alsacienne alors, ces bals de carnavals


a l'époque, on ne pouvait pas faire n'importe quoi ! on était surveillé



Bienvenue Chez Moi

  • : Lilwenna
  •  Lilwenna
  • : bienvenue dans mon blog de collections, surtout de marque-pages, mais aussi de fées, poupées, miniatures de parfum, dés...agrémentés de poésies, contes et textes divers
  • Contact

Lilwenna

  • Lilwenna
  • mariée, 3 enfants, Bretagne
  • mariée, 3 enfants, Bretagne

 

Mon fils vient d'ouvrir un site de photos. Si vous avez le temps, une petite visite lui ferait plaisir. C'est ici :

 

www.erwanlebourhis.eu

 

Merci pour lui !

 

fée 18

Mes Archives

 

gif fée 77

Mes Rubriques

gif danseuse 49

gif danseuse 50

gif fée 59

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -