Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 07:00

 

 

 

 

mp japon geisha

 

 

                                      Histoire de Ryonen

 

Ryonen, dont le nom signifie "claire compréhension", était une jeune fille parée de toutes les grâces. Le teint blanc nacré, les cheveux épais relevés en lourd chignon sur la nuque fragile, les yeux profonds comme un lac, elle était élégante et fine, et son maintien parfait. Issue d'une noble famille de guerriers samouraïs, Ryonen possédait un grand talent de musicienne, elle était également douée pour la peinture et la poésie.

 

L'impératrice la remarqua entre toutes les dames du palais, et l'appela dans son cercle intime. Ryonen était alors âgée de dix-sept années, et cette histoire se passait vers les années 1700, pendant la période d'Edo, sous le shôgunat de Togugawa Yoshimune, dont le sage gouvernement assura au Japon un long cycle de prospérité et de paix.

 

Ryonen ne se contentait pas d'être merveilleusement belle, elle alliait aux qualités de l'esprit celles du coeur, et tous, de la plus noble dame à la moindre servante, l'aimaient.

Aussi la surprise et la consternation furent unanimes quand elle annonça qu'elle désirait se retirer dans un monastère pour étudier le Zen. Sa famille alertée opposa un refus formel. Ryonen plaida sa cause. Un compromis fut négocié. Elle devait d'abord se marier, avoir trois enfants, dont un fils pour assurer la continuité de la lignée. Ensuite, si elle le souhaitait toujours, elle serait libre de se raser la tête et d'aller mendier sa nourriture sur les routes, un bol de riz à la main, ou d'aller cacher sa beauté dans un temple zen.


Ryonen respectait sa famille et ses ancêtres, elle s'inclina. Et la vie reprit son cours paisible. Sa famille rassurée songeait qu'elle avait complètement oublié sa lubie. D'ailleurs, à l'âge de dix-neuf ans, Ryonen épousa au milieu de fastes extraordinaires un grand seigneur. Elle lui donna deux filles, qui promettaient d'être aussi gracieuses que leur mère, et un garçon solide et calme, le petit Oshiba.

 

Or, un matin, Ryonen déclara à sa famille stupéfaite qu'elle devait les quitter pour suivre son destin.Elle souhaitait se retirer dans un temple zen, et servir en qualité de nonne. Ni ses parents, ni son époux, ni ses enfants ne purent la dissuader. Elle s'en alla. A vingt-six ans, Ryonen était toujours dans l'éclat de sa beauté, la maternité l'avait encore embellie. Quand elle se présenta au temple d'Edo, et demanda au maître zen Tetsugyu de l'accepter comme disciple, ce dernier, après l'avoir longuement regardée, lui dit :

 

-"Ryonen, tu es trop belle, tes cheveux trop épais et brillants, tes yeux sont des lacs sombres emplis de sortilèges, tu serais dans notre communauté une occasion de désordre et de troubles. Je ne puis te recevoir."

 

Alors, Ryonen se rasa la tête, se débarrassa de tous ses bijoux, et même d'un bracelet qu'elle avait à la cheville, et qu'elle portait depuis l'enfance, elle revêtit une robe de pauvresse, et se présenta devant le maître zen Hakuo dans un temple inconnu éloigné de la capitale. Le maître la regarda longuement et lui dit :

 

-"Ryonen, je vois bien ta tête rasée, et tes habits misérables, je devine à tes paroles la sagesse de ton coeur, et je pressens tes vertus, mais tu es trop belle, le nacre de tes joues ferait perdre la tête à mes plus jeunes disciples, et même les plus âgés seraient troublés dans leur méditation. Je ne puis te recevoir."

 

Alors Ryonen partit sur les routes, méditant dans son coeur.

 

Un matin, comme elle passait près de l'étal d'un marchand de beignets, elle saisit soudain la poêle brûlante, l'appliqua sur sa joue droite, et la maintint assez longtemps pour s'infliger une monstrueuse blessure.

 

En quelques instants, son exceptionnelle beauté s'évanouit pour toujours.

 

Le zen nous enseigne que nous sommes de ce monde-ci, mais qu'il ne faut pas s'y laisser enfermer, et que tout obstacle doit être levé. Car nous habitons une maison ouverte, dont un "souffle à peine perceptible fait battre les portes de proche en proche à l'infini, jusqu'aux "montagnes lointaines".

 

 

Les plus beaux contes zen  d'Henri Brunel

 

 

gif-japon-5.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Asie
commenter cet article

commentaires

BENISSA 28/11/2011 23:06


Quelle suite dans les idées cette Ryonen et capable de tout pour y arriver! Je suis étonnée de lire que ce marque-page est en papier, je le voyais en textile.

Lilwenna 29/11/2011 00:26



et quel courage pour y arriver !


non, non, il est bien en papier, cheveux, kimono, ceinture, sur une bande cartonnée. Il n'y a que le petit noeud mauve du bas qui est un ruban de tissu



Elo 28/11/2011 19:13


J'adore ce marque page...


j'ai adoré ce conte aussi... Un vrai bonheur !!! MERCI ! Bisous

Lilwenna 28/11/2011 21:09



merci Elo ! Bisous



Marylou 27/11/2011 17:08


quel courage et quelle obstination...

Lilwenna 27/11/2011 18:02



elle a fini par réussir !



Joelaindien 27/11/2011 01:16


beau partage!

Lilwenna 27/11/2011 14:07



merci !



Erato :0059: 26/11/2011 23:23


Ce conte est très beau , j'aime beaucoup .Le marque page est original et joli .Bonne soirée, bises Lilwenna

Lilwenna 26/11/2011 23:59



merci beaucoup Erato


bisous et bonne nuit



Bienvenue Chez Moi

  • : Lilwenna
  •  Lilwenna
  • : bienvenue dans mon blog de collections, surtout de marque-pages, mais aussi de fées, poupées, miniatures de parfum, dés...agrémentés de poésies, contes et textes divers
  • Contact

Lilwenna

  • Lilwenna
  • mariée, 3 enfants, Bretagne
  • mariée, 3 enfants, Bretagne

 

Mon fils vient d'ouvrir un site de photos. Si vous avez le temps, une petite visite lui ferait plaisir. C'est ici :

 

www.erwanlebourhis.eu

 

Merci pour lui !

 

fée 18

Mes Archives

 

gif fée 77

Mes Rubriques

gif danseuse 49

gif danseuse 50

gif fée 59

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -