Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 06:00

 

 

 

 

 

Mam Goz en breton veut dire grand-mère.

 

C'est aussi une petite grand-mère bigoudène créée par l'illustrateur Nicolaz Le Corre (qui fait aussi de nombreuses illustrations de korrigans)

 

Je vous en présente trois marque-pages

 

 

 

 

mp mam goz 2mp mam goz 3

 

 

mp mamgoz

 

 

 

 

 

 

          Grand'mère


 

Grand'mère

Se courbe toujours vers la terre

Et au début

Je me demandais ce qu'elle avait perdu ?

 

Mais elle n'a rien perdu du tout

Elle a plein de tours polissons

Et si elle plie comme ça les genoux

A les rentrer dans le menton

C'est pour mieux jouer à saute-mouton.


 

René de Obaldia (écrivain français né en 1918)

 

 

 

gif mam goz Nicolaz Le Corre

                                                         Nicolaz Le Corre

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 07:00

 

 

 

 

 

 

Après un petit tour au Pays Basque, nous revenons en Bretagne, à Landerneau, le pays de mes ancêtres paternels, avec deux marque-pages.

 

 

 

mp landerneau

le pont de Rohan   par Kestu fabrik

 

 

mp kann al loar


 

 

Landerneau est une ville de 15 000 habitants, située dans le Léon dans le Nord-Finistère. Il est traversé par l'Elorn, une rivière qui se jette dans l'océan atlantique dans la rade de Brest à dix kilomètres de là.

 

Membre de l'union des villes d'art et d'histoire de Bretagne, Landerneau a su préserver son patrimoine, qui témoigne de la richesse de la cité portuaire, au temps du négoce des toiles de lin.

 

Dès le 13ème siècle, et jusqu'au 19eme, l'économie du pays était centrée sur le commerce du lin (l'or bleu), et plus précisément sur la toile de lin, tissée dans les campagnes et exportées du port de Landerneau. Cette prospérité a permis la construction de bon nombre d'édifices religieux, tels les enclos paroissiaux, ou encore les hôtels particuliers des armateurs, notamment à Landerneau.

 

Le pont de Rohan, qui traverse Landerneau, et que vous pouvez voir sur le marque-page, est un des derniers ponts habités d'Europe. Fleuron du patrimoine landernéen, il enjambe l'Elorn avec ses six arches, et établit la limite entre le Léon et la Cornouaille.

 

La première mention du pont date de 1336. Il ne s'agissait alors que d'un simple pont de bois, mais en 1510, Jehan II, vicomte de Rohan, reconstruit le pont en granit de Kersanton et entrepend de le garnir de constructions : moulin, pêcherie, chapelle, salle de garde et prison.

 

Donnant sur une rue très fréquentée, la présence de la prison posait quelques inconvénients aux nombreux passants, et la sécurité n'était que sommaire, car les prisonniers parvenaient à s'en évader en décollant les lames du parquet et en plongeant dans l'Elorn.

 

Au 17eme siècle, de petites maisons sur pilotis sont venues garnir le pont. Malheureusement, en 1825, un spectaculaire incendie ravagea une partie des bâtiments du pont. Le moulin, qui en a échappé, fut détruit en 1897 et remplacé par une grande maison au début du 20eme siècle.

 

De part et d'autres du pont, on découvre des ruelles chargées d'histoire, avec des maisons des 16eme et 18eme siècles, les églises Saint Thomas et Saint Houardon.


 

http://www.rives-armorique.fr

 

 

 

-LE-PONT-DE-L-ELORN-LANDERNEAU- crop

                                          carte postale  pont de Rohan


 

 

                           La lune de Landerneau


 

La lune est présente sur mes deux marque-pages ! La lune de landerneau est une expression qui est l'objet de nombre d'explications quant à ses origines.  En voici deux :

 

Le soleil, roi des astres, figurait sur les armes de la famille de Léon, puis sur celle des Rohan, à l'extinction de la lignée. Or, Louis XIV ayant choisi l'astre solaire comme emblème, le duc de Rohan décida de le remplacer par la lune. Les gens du pays dirent : "Le soleil du Léon a fondu, il ne reste que la lune."

 

Une autre légende évoque la lune-girouette de l'hôtel de ville. La mère d'une riche héritière avait promis la main de sa fille à quiconque parviendrait à décrocher cet emblème, solidement fixé par la rouille. Un prétendant, plus astucieux, y parvint, et son exploit marqua à jamais les esprits des environs.



gif blason landerneau

                                                        blason de Landerneau

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 07:00

 

 

 

 

 

Un des nombreux marque-pages envoyés par DANIELLE, sur un phare de ma région.

 

 

 

 

 

 

gif chats 4

 

 

   Merci Danielle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mp phare d'eckmühl

                                                       Pierre-Yves Trehin

 

 

 

Le phare d'Eckmühl est un phare maritime situé sur la pointe de Saint-Pierre à Penmarc'h, dans le Finistère.


En décembre 1892, la marquise Adélaïde-Louise d'Eckmühl de Blocqueville lègue dans son testament la somme de 300 000 francs pour la construction d'un phare. Ce phare devra se nommer "phare d'Eckmühl" en l'honneur de son père, le maréchal d'empire Louis-Nicolas Davout, duc d'Auerstedt, prince d'Eckmühl. Ce titre de noblesse vient de la bataille d'Eckmühl, victoire des troupes napoléoniennes contre les Autrichiens, qu'il avait menée à proximité du village d'Eggmühl en Bavière.


La marquise veut que ce nom de triste mémoire soit racheté par les vies sauvées grâce à un phare. Ainsi, dans son testament dit-elle :

 

-"Les larmes versées par la fatalité des guerres, que je redoute et déteste plus que jamais, seront ainsi rachetées par les vies sauvées de la tempête."

 

Elle désire également que ce phare soit situé sur la côte bretonne et en un lieu sûr pour résister au temps.

 

Le phare est inauguré le 17 octobre 1897. Il sécurise une côte très dangereuse en raison de ses nombreux récifs. Il est toujours en service, et entièrement automatisé depuis 2007.


Il mesure plus de 60 mètres de haut et possède 307 marches. Ses murs sont entièrement bâtis en granit de Kersanton et la paroi interne de sa cage d'escalier est recouverte de plaques d'opaline.

 

 

 

  phare d'Eckmühl

                                                le phare d'Eckmühl

 

 

P9270034

                    coucher de soleil sur la pointe de Penmarc'h, prise à côté du phare

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 07:00

 

 

 

 

 

Un marque-page donné par ma belle-soeur, sur la ville d'Ys, une célèbre ville bretonne engloutie dans les flots de la baie de Douarnenez, dans le Finistère.

 

 

 

gif orchidée

 

 

 

 

 

 

 

       Merci Nicole

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mp ys

 

 

 

 

 

                          Légende de la ville d'ys

 

 

En ce temps-là, Gradlon le Grand, roi de Cornouaille, avait une très belle fille appelée Dahut (écrit aussi Dahud). Celle-ci, profondément attachée au culte des anciens dieux celtiques, s'ennuyait. Elle rêvait d'une cité où seules règneraient richesse, liberté et joie de vivre.

 

Son père, ne pouvant rien lui refuser, créa la merveilleuse cité d'Ys, dans la baie de Douarnenez. Elevée plus bas que terre, Ys était protégée des flots par une immense digue. Une écluse fermait la cité avec une porte de bronze dont seul Gradlon possédait la clé.

 

La ville d'Ys devint alors un endroit où l'on s'amusait. La ville s'emplit de marins. Ys était florissante et heureuse. Elle devint la plus riche et la plus puissante des cités de Bretagne. Dahut y régnait en maîtresse absolue, gardienne de l'ancienne religion des celtes.

 

Cependant, en dépit des sermons de Saint Guénolé, moine et ami de Gradlon, que reniait Dahut, Ys devint la ville du péché.

 

Chaque soir, Dahut faisait venir un nouvel amant au palais, l'obligeant à porter un masque de soie. Mais le masque était enchanté, et à l'aube, il se transformait en griffes de métal, tuant ainsi ses amants dont les corps étaient jetés du haut d'une falaise dans l'océan.

 

Un beau matin, un prince, tout de rouge vêtu, arriva dans la cité. Dahut tomba aussitôt amoureuse de l'étranger. Il lui demanda de dérober la clef de la ville à Gradlon et de la lui remettre. Dahut, pendant le sommeil de Gradlon, s'empara de la chaîne d'or qu'il portait autour du cou et à laquelle était suspendue la clef de la ville.

Lorsqu'elle la remit au chevalier, celui-ci, qui n'était autre que le diable, ricana et ouvrit les écluses. Une énorme vague rugissante déferla sur la ville, étouffant les cris d'horreur des habitants.

Pour échapper au désastre, le roi Gradlon et sa fille montèrent sur Morvac'h, le cheval du roi, avançant difficilement dans les flots déchaînés. Saint Guénolé accourut auprès d'eux pour sauver le roi, et dit à Gradlon d'abandonner sa fille s'il voulait être sauvé. Gradlon refusa et Guénolé précipita Dahut dans la mer (une autre version dit que Gradlon finit par obéir à Saint Guénolé et le fit lui-même)

 

 

gif ys Evariste-Vital Luminais - Fuite de Gradlon

                              La fuite de Gradlon par Evariste-Vital Luminais

 


 

Dahut périt noyée et la ville d' Ys fut engloutie avec tous ses habitants.

 

Le roi atteignit la ville où "deux rivières confluent entre sept collines". Il s'y installa et baptisa la ville "Kemper" (confluent en breton)(aujourd'hui Quimper)

 

Certains racontent que Dahut, après sa mort, devint une sirène, et qu'elle apparait aux pêcheurs les soirs de lune, peignant sa longue chevelure. (voir ICI)

 

Ils disent aussi que par temps calme, qaund la lune se reflète dans la mer, on peut entendre sonner les cloches de la cité disparue.

 

 

de Tréboul 10

                                Baie de Douarnenez

 

 

Dans l'église de la cité engloutie, un prêtre chante toujours. Il répète une prière inachevée et la cité continue de s'enfoncer sous les flots. Elle sera sauvée le jour où quelqu'un achèvera cette prière. Ys réapparaîtra, enfin !

 

 

de Tréboul 11

                             Baie de Douarnenez


 

 

 

Clé de la ville d'Ys exposée à Noël dans le grenier aux merveilles du château de Trévarez, par Patricia Chemin :


 

clé de la ville d'ys 1clé de la ville d'ys 2

 

 

 

clé de la ville d'ys 3

 

 

 

Je vous reparlerai bientôt de cette exposition.

 

 

 

gif sirène 2

 

 

                             Bon week-end !

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 07:00

 

 

 

 

 

Je republie ici un des premiers articles de ce blog, et que personne n'avait vu !


Je vous y souhaitais la bienvenue en Bretagne, merveilleux pays d'embruns et de landes, de mer (armor) et de terre (argoat), de marins et de paysans, de sable et de granit, de musiques, de danses et de légendes.
 
 mp bretagne drapeau

                                                       Fanny Ruelle


 
 
                 Salut à toi, Bretagne       
                                                        
Salut à toi, Bretagne, ô pays que saint Yves,
Saint Corentin, saint Pol et sainte Anne ont béni !
O pays des chansons et des âmes naïves !
O pays des clochers et des fronts de granit !
 
Salut à toi, Bretagne, ô pays des calvaires !
O pays des pardons mystiques et joyeux,
Des durs ajoncs masquant les douées primevères,
Et des sourcils froncés sur la douceur des yeux !
 
Salut à toi, pays des menhirs gigantesques,
Des vieux druides levant vers Dieu leur front chenu,
Des lourds dolmens, couchés par des mains titanesques,
Comme des sphinx muets au seuil de l'inconnu !
 
Salut à toi, pays des candides prières,
Où l'ajonc desséché que l'on brûle, le soir,
Fumant droit vers le ciel, au dessus des chaumières,
Semble le pur encens d'un immense encensoir !
 
Salut à toi, pays des fontaines sacrées,
Dont, seul, un vrai Breton comprend le double babil,
Dont les tendres chansons à peine murmurées
Nous hantent toujours sur les routes de l'exil !
 
Salut à toi, pays taillé comme un navire,
Dont Rennes est l'arrière et dont Brest est l'avant,
Vaisseau toujours battu qui jamais ne chavire,
Et que ne font trembler la houle ni le vent !
 
Salut à toi, pays des fines coiffes blanches,
Des femmes au front pur, au coeur fier, à l'oeil bleu,
Dont le torse impeccable ondule sur les hanches,
Tel un bateau qui tangue et roule un tant soit peu !
 
Salut à toi, pays des rivières charmantes :
Isole, Iroise, Elle, Scorff au nom si câlin,
Odet capricieux, Vilaine aux eaux dormantes,
Rance dont on baigna le front de Du Guesclin !
 
O pays des marins aux robustes épaules,
Laboureurs de la mer aux labours incessants,
Dont les socs éventreurs ont, entre les deux pôles,
Creusé tous les sillons de tous les océans !
 
Salut à toi, salut, terre sainte chérie !
A ton seul nom, je pleure et ris comme un dément !
Nul pays n'est aimé comme toi, ma patrie !
Nulle mère adorée autant que toi...Maman !
 
 
Théodore Botrel                                                                                  botrel theodore

 

Théodore Botrel était un auteur-compositeur-interprète, né à Dinan en 1868 et mort à Pont-Aven en 1925. Il a écrit de nombreuses chansons sur la Bretagne.

 

 

 

 

 

P2090036

 

                                           Couchers de soleil à Concarneau

 

P2090048

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 06:00

 

 

 

 

 

 

mp bretagne marie morgane

                                                         A.P. Sandford

 

 

 

 

La Marie-Morgane est un être surnaturel vivant dans l'océan. Les marins l'aperçoivent au large, nageant au milieu des vagues, ou tout près d'eux, folâtrant autour de leur bateau. On la voit aussi peignant ses longs cheveux, assise sur un rocher. C'est une créature dangereuse, qui charme les hommes par sa beauté et ses chants harmonieux et les entraîne au fond de l'eau. On cite parmi elles Dahud, la fille du roi Gradlon, qui fut princesse de la ville d'Ys, et Morgane, la magicienne, la soeur du roi Arthur.


 

 

gif sirène

 

 

 

 

                                      Mary Morgane


 

J'avais dans les douze ans à l'époque et je naviguais comme mousse à bord d'un des bateaux-pilotes de l'île. Un matin, comme nous croisions un peu avant l'aube dans les parages de l'Ar-Men en attente des navires de la flotte, qui devaient rentrer à Brest, nous vîmes soudain à babord la mer, qui était admirablement lisse et unie, se froncer légèrement sans que le moindre souffle de brise eût troublé sa surface.

 

-"Oh ! Oh !" s'écria Tymeur, le patron," il y a de la grosse bête par-là !"

 

Nous pensions qu'il allait surgir quelque énorme poisson.

Aussi quelle ne fut pas notre stupeur quand un merveilleux buste de femme nue s'éleva soudain au-dessus des eaux ! Nous restâmes un instant, comme médusés, à la contempler. Ses cheveux très noirs, séparés en deux bandeaux sur son front, semblaient glisser derrière son dos en une longue tresse qui venait ensuite faire plusieurs fois le tour de son corps. Elle se tenait droite, ses bras soutenant ses seins, et elle nous regardait fixement, sans avoir l'air de bouger tant ses mouvements étaient aisés et souples. Cepandant il était visible qu'elle se rapprochait de nous.

 

-"Aux avirons, tous !" commanda le patron, "et souquez dur !"

 

Il avait la voix altérée. Moi, je tremblais, je ne savais pourquoi, de tous mes membres. Nous regagnâmes l'île à force de rames, sans plus nous soucier de la flotte.

 

-"C'est une journée perdue," dit un des hommes de l'équipage, quand nous fûmes ancrés dans le port.

 

A quoi Tymeur répondit d'un ton en colère :

 

-"Tu aurais peut-être préféré perdre la vie ?"

 

Et il ajouta avec calme :

 

-"Au lieu de nous plaindre, faisons le signe de la croix, les enfants, pour remercier Dieu et Saint Gwénolé. Ceux-là sont rares qui, ayant rencontré Mary-Morgane, ont revu vivants la terre."

 

J'appris ainsi qui était la mystérieuse belle femme de la mer. Depuis, grâce au ciel, je ne l'ai plus retrouvée sur mon chemin.

 

 

(Recueilli à l'ile de Sein) Anatole Le Braz (écrivain breton 1859-1926)

 

 

 

 

 

gif sirène 3

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 06:00

 

 

 

 

 

Voici les derniers marque-pages de la série sur les vieilles photos de Lorient que m'avait envoyé MITOU.

Vous avez pu voir les deux autres articles ICI et ICI

 

 

 

gif hortensias 2

 

 

   Merci Mitou !

 

 

 

 

Pour te faire patienter avec cet article 100% Bretagne !


 

 


 

mp lorient 3

La glacière et le casino à la Perrière en 1923

 

 

 

 

mp lorient 5

Fusilliers marins en position sur la plage de Fort-Bloqué

 

 

 

 

                          Marie


 

Ô maison du Moustoir ! Combien de fois la nuit,

Ou quand j'erre le jour dans la foule et le bruit,

Tu m'apparais ! - Je vois les toits de ton village

Baignés à l'horizon dans des mers de feuillage,

Une grêle fumée au-dessus, dans un champ

Une femme de loin appelant son enfant,

Ou bien un jeune pâtre assis près de sa vache,

Qui, tandis qu'indolente elle paît à l'attache,

Entonne un air breton si plaintif et si doux

Qu'en le chantant ma voix vous ferait pleurer tous.

Oh ! Les bruits, les odeurs, les murs gris des chaumières,

Le petit sentier blanc et bordé de bruyères,

Tout renaît comme au temps où, pieds nus, sur le soir,

J'escaladais la porte et courais au Moustoir;

Et dans ces souvenirs où je me sens revivre,

Mon pauvre coeur troublé se délecte et s'enivre !

Aussi, sans me lasser, tous les jours je revois

Le haut des toits de chaume et le bouquet de bois,

Au vieux puits la servante allant remplir ses cruches,

Et le courtil en fleur où bourdonnent les ruches,

Et l'aire, et le lavoir, et la grange; en un coin,

Les pommes par monceaux; et les meules de foin;

Les grands boeufs étendus aux portes de la crèche,

Et devant la maison un lit de paille fraîche.

Et j'entre, et c'est d'abord un silence profond,

Une nuit calme et noire; aux poutres du plafond,

Un rayon de soleil, seul, darde sa lumière,

Et tout autour de lui fait danser la poussière.
Chaque objet cependant s'éclaircit : à deux pas,

Je vois le lit de chêne et son coffre ; et plus bas

(Vers la porte, en tournant), sur le bahut énorme

Pêle-mêle bassins, vases de toute forme,

Pain de seigle, laitage, écuelles de noyer;

Enfin, plus bas encor, sur le bord du foyer,

Assise à son rouet près du grillon qui crie,

Et dans l'ombre filant, je reconnais Marie;

Et, sous sa jupe blanche arrangeant ses genoux,

Avec son doux parler elle me dit : "C'est vous !"

 

 

Auguste Brizeux (poète lorientais 1803-1858)


 

 

carte jeune fille Lorient

                                            carte postale jeune fille de Lorient

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 06:00

 

 

 

 

Je vous avais parlé en juillet des "Tonnerres de Brest", grande fête maritime qui réunissait des voiliers de toutes sortes et de toutes tailles (ICI et ICI)

 

 

Après ces photos de voiliers, voici deux marque-pages d'aquarelles de voiliers

 

 

 

mp aquarelle voilier flotille

Philippe Vandenberghe

 

 

 

 

mp aquarelle voilier

                                                   Philippe Vandenberghe

 

 

 

 

 

Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants


 

Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants,

Passer, gonflant ses voiles,

Un rapide navire enveloppé de vents,

De vagues et d'étoiles;

 

Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux,

Que l'autre abîme touche,

Me parler à l'oreille une voix dont mes yeux

Ne voyaient pas la bouche :

 

"Poète, tu fais bien ! Poète au triste front,

Tu rêves près des ondes,

Et tu tires des mers bien des choses qui sont

Sous les vagues profondes !

 

La mer, c'est le Seigneur, que, misère ou bonheur,

Tout destin montre et nomme;

Le vent, c'est le Seigneur; l'astre, c'est le Seigneur;

Le navire, c'est l'homme."

 

 

 

Victor Hugo (1802-1885)

 

 

gif vieux gréements

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 06:00

 

 

 

 

 

 

 

mp bruyère

                                                        Gérard Sioen

 

 

 

 

 

              Le Cap Fréhel

 

C'est un bout de terre courageux et sauvage

Offrant ses rivages aux assauts de la mer

Dans laquelle, souvent, le soleil fait naufrage,

Arraché au ciel par des vents téméraires.gif bruyère

 

Quand le doigt de l'été sur la lande se pose,

Les fleurs de bruyère, roses comme les joues

D'une jeune fille qu'un regard sur elle ose,

Lui donnent un charme romantique et très doux.

 

La terre et le granit par les vents épousés

Ont le teint de l'émoi, la soie et le velours

D'une main de femme sur un corps dénudé,

La beauté d'un jardin aux pétales d'amour.

 

Un soleil timide boit le chagrin des nues

Et de ses caresses réchauffe les oiseaux

Réunis par la nuit dans leurs nids suspendus

A flanc de falaise entre les cieux et l'eau.

 

Ô temps, n'arrête pas le vol des goélands :

Leurs ailes déployées invitent au voyage

Et portent sur leur dos les rêves des amants,

Leurs âmes jumelles ne souffrant le partage.

 

Grain de poussière au coeur de l'Infini,

La magie d'un instant, je porte l'Univers :

Il est tes yeux et ta voix, l'Amour et Toi blottis;

Tu es là avec moi sur le bord de la terre.

 

 

Michèle Brodowicz (poesie.webnet.fr)


 

 

gif bruyère 2

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 06:00

 

 

 

 

 

 

Pour continuer sur Les Tonnerres de Brest 2012, quelques bateaux 

 

 

L'étoile du Roy, trois-mâts, frégate corsaire, réplique d'une frégate britannique du XVIIIè siècle. Son port d'attache est la cité corsaire de Saint-Malo

(46m de long - 314 tonnes - 12 voiles - 28 marins)

 

Etoile du Roy St Malo 3

 

 

 

Le Cuauhtémoc, du nom du dernier empereur aztèque, est un trois-mâts mexicain, navire-école. Son port d'attache est Acapulco.

(90,5m - 1800 tonnes - 28 voiles - 90 cadets)

 

Cuauhtemoc 2


 

 

Le Götheborg, trois-mâts suédois, est une réplique d'un navire du XVIIIè siècle de la compagnie suédoise des Indes Orientales. Il est aujourd'hui basé dans le port de Göteborg.

(47,5m - 81 tonnes - 80 marins)

 

Götheborg 7

 

 

L'Earl of Pembroke est l'une des dernières goélettes à coque en bois, construite en 1948, et rénovée dès 1994 pour les besoins du cinéma. Outre ses services pour le cinéma, il offre des stages de formations aux jeunes marins et des croisières.

(44,2m - 350 tonnes - 14 voiles - 15 marins)

 

Earl of Pembroke

 

 

Le Statsraad Lehmkuhl est un trois-mâts norvégien, construit en 1914. C'est un navire-école, basé à Bergen.

(98m - 1701 tonnes - 25 voiles - 24 marins et 180 cadets)

 

Statsraad Lehmkuhl 1 Norvège Trois-mâts

 

 

 

 

 

Vous pouvez tous les retrouver, et d'autres encore, dans le diaporama ci-dessous. Le diaporama se met en marche quand l'article s'ouvre, donc si vous voulez voir le début, il faudra cliquer sur rejouer à la fin du diapo.


 

  
 

gif voilier

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilwenna - dans Bretagne
commenter cet article

Bienvenue Chez Moi

  • : Lilwenna
  •  Lilwenna
  • : bienvenue dans mon blog de collections, surtout de marque-pages, mais aussi de fées, poupées, miniatures de parfum, dés...agrémentés de poésies, contes et textes divers
  • Contact

Lilwenna

  • Lilwenna
  • mariée, 3 enfants, Bretagne
  • mariée, 3 enfants, Bretagne

 

Mon fils vient d'ouvrir un site de photos. Si vous avez le temps, une petite visite lui ferait plaisir. C'est ici :

 

www.erwanlebourhis.eu

 

Merci pour lui !

 

fée 18

Mes Archives

 

gif fée 77

Mes Rubriques

gif danseuse 49

gif danseuse 50

gif fée 59

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -